Journal du Collège Jean Grémillon

ABCDélivre : Louison et monsieur Molière

20juin

Abécédaire sur le livre Louison et monsieur Molière, de Marie-Christine Helgerson, réalisé par les élèves de 6e1.ABC_Louison.odp

Lire et écrire : de Saint Clair à Cherbourg

9juin
DSCN3959.JPG

Vendredi 27 mai, les élèves de 4e1 et 4e3 se sont rendus à Cherbourg à l'occasion du Festival du Livre de jeunesse 2011.

Au cours de l'année, ils ont lu trois romans :

- Hunger Games de Suzann Collins,

- Le signe de K1 de Claire Gratias

- La gazelle de Hubert Ben Kemoun

puis ils ont participé au prix d'écriture avec Mme Renaud, leur professeur de Lettres. La classe de 4è1 a d'ailleurs remporté le premier prix d'écriture pour le niveau concerné. Au cours de cette journée, les élèves ont rencontré Stéphane Letourneur (Jimi Hendrix, le guitariste flamboyant) et Claire Gratias (photos suivantes).

DSCN3959.JPG DSCN3974.JPG DSCN3976.JPG DSCN3965.JPG Claire Gratias a recommandé beaucoup de lectures à ses lecteurs curieux.

Vamos a Andalucia !

25mai
01_tolede_alcazar.JPG

Entre le 8 et le 14 mai, des hispanistes du collège se sont rendus au Sud de l'Espagne. Voici un aperçu de leur voyage linguistique.

01_tolede_alcazar.JPG L'Alcazar de Tolède

02_tolede.JPG Tolède

03_cordoue_damasquinades.JPG Cordoue : les damasquinades

04_cordoue_zoco.JPG Cordoue : le zoco (ou marché)

05_cordoue_meskita.JPG Cordoue : la mosquée-cathédrale (Meskita)

08_patio.JPG Cordoue et ses patios...

09_patio.JPG

10_casa_sefarad.JPG Cordoue : la Casa Sefarad

11_demo_flamenco.JPG Démonstration de Flamenco

12_seville_alcazars_royaux.JPG Séville : les Alcazars Royaux

13_seville_alca.JPG Séville : les Alcazars Royaux

14_seville_alc.JPG

15_seville_plaza_espana.JPG Séville : la place d'Espagne

16_grenade_albaicin.JPG Grenade : le palais de l'Alhambra vu depuis l'Albaicin

17_alhambra.JPG L'Alhambra

18_patio_ds_alh.JPG

19_alhambra_detail.JPG L'Alhambra : détail

20_alhambra_jardins_generalife.JPG Grenade : les jardins du Generalife

21_madrid_barnabeu.JPG Madrid : le stade Santiago Barnebeu

Let's speak English !

25mai
Première photo de groupe

Du lundi 18 au vendredi 22 avril 2011, des élèves de quatrième du collège se sont rendus à Bexhill, ville balnéaire du Sussex. Au cours de la semaine, ils ont pu visiter sous le soleil les villes de Canterbury, Hastings, Brighton et Londres. Les élèves ont bien aimé les visites qui leur étaient proposées et ont su saisir les occasions de discuter en version originale. Voici quelques photos en forme d'aperçu...

Première photo de groupe Première photo de groupe

Canterbury Canterbury

Canterbury Hastings : le château

Canterbury Brighton Pier

Canterbury The Royal Pavilion of Brighton

Canterbury Musée de Madame Tussaud : Le couple royal

Canterbury Les Beatles !

Cirque, danse et théâtre au programme !

8février
gigantea1

gigantea1

Le 7 décembre à 14h, les élèves du collège Jean Grémillon avaient rendez-vous au théâtre de Saint-Lô pour voir Gigantea. C'est un mélange de danse, de théâtre, de marionnettes et de cirque.

gigantea2

L'histoire ? Le jeune Makou cherche un arbre magique qui donne de l'eau dans le désert. Mais il est kidnappé par une armée et devient un enfant-soldat....

gigantea3

Kevin, Brandon et Antoine

Qui a composé notre nouvelle sonnerie ?

6décembre

Lisez : our_compositeur


Les sixièmes au Moulin de Marcy

5novembre

Avec M. Guy et Mme Burges, nous avons appris comment fonctionne le moulin : avec la force et le poids de l'eau. Nous avons vu la fabrication de la farine. A l'extérieur, nous avons pu observer les différents systèmes de transmission : rotation et translation. Il y avait même des engrenages et des vis sans fin.

Les 6è1.

Voile sur Granville

29juin

Les sixièmes ont passé trois jours à Granville pour faire de la voile, étudier le phénomène des marées, l'estran, visiter un chantier naval, une aire de carènage, des bateaux...

Invitation au (carnet de) voyage...

29juin

Le CDI a accueilli pendant le mois de juin les productions des élèves de cinquième, sur le thème du carnet de voyage.

Ils suivent aussi le périple de Julie et Arnaud sur leur site.

ça slame en classe...

29juin

Le texte d'une vie

La prof m'a dit de faire un slam

Si j'ai pas d'idées c'est pas un drame

Et si sa m' soule la copie j' la crame

J' suis pas sur un bateau et pourtant je rame

J' vais pas faire un strip devant la cam

Comme fait souvent Jean Claude Vandamme .

Y faut pas que je me souvienne

Du passé où y' a plein de haines

J'espère bien gâter ma reine

Et ne pas lui mettre des chaînes

Elle m'a trouvé à la benne

Là où y' a mes gènes.

J' vais pas vous raconter ma vie

Juste vous conter un souvenir qu'y me ravie

Comme fait souvent votre mamie

Tous les soirs du samedi

Quand je suis avec, je ris

Enfin bref moi j' vous le dis

Un de ces quatre j' compte bien faire mon nid.

Un verre de coca

La vie est un verre de coca

Plus t'avances moins ça pétille

Elle vient sonner à ta porte

Elle t'emmène et tu t'éclates

Tu profites de chaque instant

Un jour, tu l'sais, tout sera fini

La mort vient te chercher

Et t'as d'la chance si

C'est rapide et sans douleur

Un verre de coca qu'tu vides d'un trait

La vie est un verre de coca

Plus t'avances moins ça pétille

Souffrir pendant des années

Tu bois ton coca, tu prends ton temps

Mais quand y a plus de bulles

Tu le bois pas, tu t'en vas

Ou la mort te prend en traître

Elle t'enlève

Et t'as pas l'temps

D'finir ton verre de coca

La vie est un verre de coca

Plus t'avances moins ça pétille

Et moi, je reste là

Devant mon verre de coca

En attendant

Que mon tour arrive

Charlène

La vie devant

La vie devant Zoé

Alcool, potes,soirées...

Dimanche soir, elle part sur sa mobylette

Encore faire la fête.

Ce soir, rester raisonnable,

S'éclater sans alcool.

Elle veut garder sa vie

Et puis demain, y a école

Une heure du mat' sur sa mobylette, pas trop vite...

Mais !

Percutée , vol-plané , un mec bourré.

Dos explosé,

N'entend plus rien, ne voit plus rien,

Sent plus son bras,

Dans le coma.

Deux mois sur ce lit d'hôpital.

Elle n'arrivait pas à s'y faire.

Bras paralysé, c'est une handicapée !

Beaucoup d'opérations

D'la rééducation...

Dix-huit ans : jeunesse foutue.

Maintenant sa vie derrière elle


Maëva


Ma vie

On naît tous quelque part

Et ça c'est le hasard

Puis un jour on grandit

Et là on s'dit

faut qu'j'me mette à bosser

Les maths, l'anglais, l'français

Tout ça pour y arriver

Le temps passe

Les soucis s'amassent

Un jour j'trouve une copine

Son nom c'était Marine

ça dure pendant deux mois

Elle s'barre j'sais pas pourquoi

Le temps passe

Les soucis s'amassent

J'me sentais malheureux

Vraiment un désastre

Quand je repense à ma vie

Et à tous mes soucis

Et là j'me dis

Le temps passe

Le passé c'est l'passé

Et maintenant faut avancer

faut penser au futur

Désolé ! faut que j'y aille

Faut que j'aille écrire un slam

Pattes de mouche...

27juin

Le journal "Pattes de mouche" est une réalisation des élèves de sixièmes  et d'UPI du collège et des élèves de CM de trois écoles primaires. Tout au long de l'année scolaire, ils ont correspondu et échangé au sujet de l'entrée au collège, source de tant de questions voire d'inquiétudes !

En juin, ils vous proposent donc leur journal. Celui-ci répond aux questions des uns et permet aux autres de présenter leurs projets, avec quelques pointes d'humour. Bonne lecture !

Pattes de mouche

Une matinée rythmée !

29avril

Mardi 27 avril 2010, les élèves de 4e3 et de l'U.P.I. sont allés au conservatoire de région pour assister à la répétition générale de l'orchestre symphonique de Caen. "C'était aussi joli à voir qu'à entendre, ce concert de Wagner..." dit Nicolas ravi !

JORDAN

Sortie des troisièmes à Bayeux, Reporters de Guerre quelques compte rendus

27avril

Introduction :

Le vendredi 9 octobre 2009, nous sommes allés à Bayeux pour voir une exposition sur les reporters de guerre. La ville de Bayeux a mis en place une telle manifestation depuis plus de dix pour rendre hommage aux journalistes tués dans le monde depuis 1944, en exercent leur métier dans des conditions périlleuses pour permettre au monde d’accéder à une information libre. C’est pour cela que Bayeux, avec l’aide des Reporters sans frontières, accueille un Mémorial qui a été aménagé pour prolonger tout au long de l’année, l’engagement de la ville pour défendre la liberté de la démocratie et notamment la liberté de la presse.

Le métier de reporters de guerre :

Le mémorial des reporters de guerre est un endroit ou les noms des 1880 journalistes tués dans leur fonction sont inscrits dans les 23 pierres blanches, pour qu’ils ne soient jamais oubliés. Cet endroit ressemble à un cimetière constitué d’une promenade paysagère.

L’exposition « Congo sur le fil » nous montre bien qu’il y a encore des conflits dans le monde car plus de cinq millions de personnes ont trouvé la mort, le plus souvent par manque de soins ou à cause de la famine. Les maisons sont détruites, le sol est boueux.

Robert Capa est né le 22 octobre 1913 aux Etats-Unis. C’était un photographe libre qui travaillé pour une agence de nouvelles. C’est aussi le co-fondateur de l’agence Magnum mais aussi l’auteur des images légendaires du Débarquements. Il finit sa vie dans une zone guerre le 25 mai 1954 à cause d’une mine près de Thaï Binh, au nord du Vietnam.

Yuri Botnik est né en Lettonie était un cameraman qui travaillé pour la télévision gouvernementale. Il fut tué le 20 janvier 1991 lorsque le ministère de l’intérieur de la Lettonie fut pris d’assaut par la milice Soviétique Omon, tuant cinq personnes dont Yuri Botnik. Il meurt ainsi dans une zone de guerre en Lettonie.

Les choix et les messages des photographes :

Dans l’exposition « Congo sur le fil », on peut voir un conflit qui est attisé par des rivalités ethniques ou pour le contrôle des richesses naturelles du pays. Alors que dans l’exposition « Guerre-ici », on peut voir une guerre comme n’importe quelle autre guerre. Finbarr O’Reily - Reuters et Patrick Chauvel ont utilisés un grand cadrage en mettant au premier plan les «victimes » de la guerre, ceux qui la vivent. Patrick Chauvel utilisent des couleurs sombres, les couleurs de la guerre alors que Finbarr O’Reilly – Reuters utilises des couleurs sombres mais aussi des couleurs vives. Lors de la visite de ces expositions, je me suis dit que ceux qui vivent la guerre ont du courage. C’est un sentiment de peur, ils risquent à tout moment d’être tués. Sur l’image que j’ai choisi de décrire, on voit un soldat qui tire. C’est un conflit entre des soldats libanais chrétiens contre des palestiniens qui sont devant un immeuble, sur le port de Beyrouth, en 1978. Je pense qu’il y a un conflit entre eux à cause d’un problème de religion. Je l’ai choisi car le soldat qui tire ne s’occupe pas de ce qui se passe autour de lui, il pense seulement à rester en vie. C’est une photo de Patrick Chauvel.

Les photographes souhaitent faire passer des messages en prenant ces photographies et en réalisant ces montages car personnes ne s’intéresse aux conflits qui se passent dans le monde au jour d’aujourd’hui. L’exposition « Guerre-ici » est une sorte d’alerte pour permettrent de faire vivre un court instant ce que ressentent ceux qui a vivent vraiment. Ils ne veulent plus que les gens disent « on ne savait pas » ou encore « c’est loin, les gens en ont marre, ils veulent des histoires qui les concernent.»

Les droits de l’enfant :

Les conséquences de la guerre sur les populations et en particulier sur les enfants sont qu’ils sont plus fragiles, qu’ils mangent très peu, ils attrapent des maladies, ils servent d’esclave et peuvent se faire violés. Le court-métrage qui ma le plus touchée est celui de Katia Lund, où l’on voit deux enfants, Bilu et Joao, travaillaient pour pouvoir transformer la ville en un air de jeux dans leur quartier. Et d’après la convention international des droits de l’enfants du 20 novembre 1989 : article 32 :

  1. Les États parties reconnaissent le droit de l'enfant d'être protégé contre l'exploitation économique et de n'être astreint à aucun travail comportant des risques ou susceptible de compromettre son éducation ou de nuire à son développement physique, mental, spirituel, moral ou social.
    2. Les États parties prennent des mesures législatives. administratives, sociales et éducatives pour assurer l'application du présent article. À cette fin, et compte tenu des dispositions pertinentes des autres instruments internationaux, les États parties, en particulier:
    a) Fixent un âge minimum ou des âges minimums d'admission à l'emploi ;
    b) Prévoient une réglementation appropriée des horaires de travail et des conditions d'emploi ;
    c) Prévoient des peines ou autres sanctions appropriées pour assurer l'application effective du présent article.

Les enfants n’ont pas le droit de travaillés s’ils ne sont pas majeurs c’est-à-dire jusque 18 ans.

Conclusion :

« Que pensez vous de ce métier de reporters de guerre ? »

Le métier de reporters de guerre n’ait pas un métier facile car on voit des morts, des blessés. En faisant ce métier, ils risquent leurs vies, de ne plus revoir leurs familles. Ils peuvent être tués sans être visés par des mines ou des fusillades lors des prises d’otages. Les habitants des pays en guerres sont étonnés et surpris que l’on s’intéresse un peu à eux. C’est pour que les gens s’intéressent un peu plus à ce qui ce passe dans le monde que des personnes comme Patrick Chauvel ont choisi de faire le métier de reporters de guerre. Ils veulent que personnes ne disent « on se savait pas » et pour que ceux qui regardent les photos ou les reportages ne prennent pas les habitants d’un pays en guerre avec de la pitié mais plutôt avec du respect à leur égard.

Ressources : http://www.cinefil.com/film/les-enfants-invisibles

http://www.prixbayeux.org

Audrey

Le vendredi 9 octobre, les classes de 3ème sont allées en sortie scolaire à Bayeux, au Mémorial des reporters de guerre pour voir des expositions de photographies sur les conflits.

Ils sont allés également voir un ensemble de courts- métrages au cinéma de Bayeux, pour s'informer.

La ville de Bayeux a mis en place cette manifestation sur les reporters de guerre depuis plus de 10 ans car Bayeux a été la capitale de la France du 14 juin au 25 août 1944.

Bayeux fut la première ville de la France libérée pendant la seconde guerre mondiale.

Robert Capa était un photographe de l'agence Magnum, il est né en 22 octobre 1913 à Budapest et il est décédé le 25 mai 1954 en Indochine.

Terry Lloyd, né le 21 Novembre 1952 et mort le 22 mars 2003 ; c’était un journaliste de la télévision britannique. Il a été abattu par l’armée des Etats Unis pendant qu’il faisait un reportage sur l’invasion de l’Irak en 2003 pour le réseau anglais ITN .Originaire le la région de Derby, il devient reporter télé pour la chaîne Central Independant Television, puis il se joint à INT en 1983.

En 1988, il révèle que Saddam Hussein a utilisé des armes chimiques pour tuer 5000 Kurdes à Halabja.

Il meurt à l’âge de 51 ans sous des tirs provenant des forces Americano-Britanniques.

Le mémorial des reporters de guerre de Bayeux nous permet de constater que le métier de reporter de guerre est un métier qui comporte beaucoup de risques.

Nous pouvons y lire le nom des reporters morts sur le terrain, ainsi que l’année de leur mort.

On y remarque que depuis 1994, le nombre de décès augmente de plus en plus car les guerres sont de plus en plus médiatisées.

La guerre au Congo a commencé par un conflit qui s’est déroulé de fin 1996 à 1997 ; c’est alors que le président Zaïrois Mobutu Sese Seko fut chassé du pouvoir. Ce fut le début de cette guerre.

Cette guerre est toujours d’actualité, elle a provoqué la mort de 5,5 millions de personnes et le déplacement de 2 millions d’autres.

Dans les deux expositions que nous sommes allés voir, « guerre-ici » et « Congo sur le fil », nous pouvons y observer différentes techniques de photographie.

Il s’agit de photomontages pour l’exposition « guerre-ici » et il s’agit de portraits ou de photographies très choquantes pour l’exposition « Congo sur le fil » .

Ces expositions m’ont permis de connaître la vérité sur les horreurs de la guerre, elles m’ont permis de prendre conscience de se qui se passe actuellement dans le monde.

Je me souviens de la photographie d’une femme très âgée qui avait perdu sa famille et qui vivait seule avec une autre dame du même âge. Cette photo m’a touchée car cela montre qu’il n’y a pas que les enfants qui perdent leur famille ; il y a aussi les personnes âgées qui se retrouvent dans cette situation.

Les photographes veulent faire passer la réalité, expliquer que la guerre est quelque chose de réel .

L’exposition « Congo sur le fil » explique la guerre au Congo et les conséquences qu’elle porte sur la population victime de cette guerre.

Cette guerre a plusieurs conséquences sur la population :

  • plus de risques de choléra à cause du manque d’hygiène,

  • de la malnutrition à cause de la famine notamment chez les enfants,

  • beaucoup de réfugiés,

  • l’apparition de la malaria,

  • de la violence.

Le film « Les enfants invisibles » nous montre que les droits de l’enfant ne sont pas respectés.

L’un des courts-métrages qui compose ce film nous l’explique bien, il raconte l’histoire d’une petite fille indienne élevée par un vieil homme qui vit dans des bidonvilles.

Cette petite fille ne peut aller à l’école car l’école est trop chère et le vieil homme n’a presque pas d’argent ; elle rencontre une autre petite fille qui au contraire vit dans le luxe et qui est capricieuse. Le vieil homme meurt, la petite fille se met alors à travailler pour un homme qui exploite les enfants. Les deux petites filles se rencontrent et prennent conscience de leurs vies différentes.

Ce court-métrage nous montre que le droit à l’école et le droit d’être protégé contre l’exploitation dans le travail n’est pas respecté.

Je pense que le métier de reporter de guerre est un métier très intéressant, car les reporters partent à la découverte, et apprennent beaucoup de choses ; mais c’est aussi très difficile et dangereux, car ils se trouvent au cœur du conflit.

Chloé

Introduction

Les troisièmes ont fait une sortie scolaire le vendredi 9 Octobre 2009 à Bayeux, pour aller voir le Mémorial des reporters de guerre, des photographies et un court-métrage en raison du travail en histoire qui était sur les guerres. Bayeux rend hommage aux reporters de guerre car les habitants les plus âgés de la ville ont bien connu la guerre. Bayeux fut occupéde 1940 à 1944, elle fut la première ville à être libérée le 7 juin 1994. Pendant la guerre, Bayeux est devenueprovisoirement la capitalede la France du 14 juin au 25 août 1994. Depuis 1994, la ville de Bayeux organise ce prix pour rendre hommage aux journalistes qui exercent leurs métiers dans des conditions périlleuses. Bayeux a un rapport avec la liberté car elle fut la première ville à être libérée durant la seconde guerre mondiale.

I Première partie

Le Mémorial des reporters de guerre est composé de plusieurs stèle de couleur écrue, elles sont rectangulaires, sur ces stèles est inscrit par date chaque reporter de guerre tué depuis 1944. Les reporters de guerre prennent des photos sur la guerre pour montrer l'horreur de celle-ci. Les photos sont dures et bouleversantes, comme l'exposition de la guerre du Congo. La guerre du Congo a commencé à cause d'un conflit qui a attisé les rivalités entre les différentes ethnies et, a mené une lutte acharner pour le contrôle des richesses naturelles du pays parmi lesquelles l'or, les diamants, le bois ou bien encore les produits miniers entrant dans la composition des ordinateurs portables, des téléphones cellulaires et autres gadgets électroniques occidentaux. Robert Capa est un photographe et est le co-fondateur de l'agence Magum photo, grâce à lui aujourd'hui nous pouvons voir toute ces photos, son vrai nom est Andrei Friedman. Il est né le 22 octobre 1913, à l'âge de 40 ans (en 1940, il est tué à cause d'une mine au Vietnam dans la région du Tonkin. Bonifacio Gregorio était un reporter de guerre, il est mort en 2003 après avoir reçu une balle en pleine tête.

II Deuxième partie

Les photographes utilisent le montage pour nous transmettre un message, Patrick Chauvel a voulu mêler des paysages chaotiques à des paysages doux et calmes. Alors que Finbarr O’Reilly, ne faitpas de montage mais toutes ses images sont recentrées de manière à ne voir que le visage des gens et rien d’autre. On peut voir aussi que cette guerre se déroule plutôt en milieu rural. Malgré cela les couleurs sont assez vives. Sur toutes les photos que j’ai vu, toutes m’ont choquéés car même si l’on ne voit pas de sang dans une image, il nous suffit de voir un visage pour nous bouleverser. Je pense que tous les photographes ont voulu montrer que la guerre n’ importe où qu’elle soit, est choquante et moche car jamais la guerre sera belle. Pour moi l'image qui m'a le plus choqué c'est celle deLucian Read. On voit un homme qui se fait soigner par des médecins, on se demande comme l'homme peut encore vivre après toutes ces horreurs. Tout d’abord les reporters de guerre ont un but précis qui est de faire prendre conscience aux personnes qui voient ces images que la guerre est horrible. A travers ces images, ils ont voulu nous dire que la guerre ne se traduit pas que par les armes, par le sang et les morts mais aussi par le visage et l’attitude que les personnes vont avoir sur les photos. Grâce à ces images on peut voir qu’une guerre bouleverse une vie, à jamais. Les montages que fait Patrick Chauvel sont faits pour nous permettre de voir que la guerre peut se passer n’ importe où dans le monde même dans des pays riches qui n’ont pas de problèmes peuvent en avoir du jour au lendemain. En fait toutes ses images sont faites dans le but de choquer. Elles doivent nous pousser à réagir.

III Troisième partie


La guerre au Congo aujourd’hui a fait plus de 5.4 millions de morts et presque autant de blessés mais aussi des millions de personnes qui ont dût fuir à cause de la guerre. Cette guerre a aussi provoqué la famine, mais aussi de nombreuses maladies se sont développées mais dans tout cela le pire se sont les enfants devenus orphelins qui n’ont plus aucune famille et qui à cause de cela se retrouvent à la rue et commencent à voler, à trafiquer et le pire c’est que certains de ces enfants deviennent des enfants soldats (même très jeunes). Cette guerre a aussi créer une crise économique. Le court-métrage qui m'a le plus marqué est l’histoire d’un contraste entre deux petites chinoises complètement différentes car il y en a une qui est riche et l’autre qui est très pauvre. Ce qui m’a marqué dans ce film, c’est l’exploitation de la petite chinoise qui est pauvre et qui est orpheline car son grand-père est décédé en étant écrasé. Alors la petite étant seule est reprise par un homme qui parait gentil au début mais ensuite on voit que cet homme est un esclavagiste qui exploite les enfants, il les fait travailler sans être payé, il les fait travailler beaucoup et s'ils ne travaillent pas il les frappe, en plus du travail qu’ils fournissent, on voit qu’ils doivent vendre ce qu’ils font et s'ils n’ont pas vendu assez par jour il les frappe et les prive de nourriture, c’est horrible de profiter de la faiblesse des enfants.

Conclusion

Pour moi le métier de reporter de guerre est très dur et il demande beaucoup de courage. Ce doit être extrêmement dur de voir de telle scène et de savoir que l'on part pour ne peut-être jamais revenir. C’est un peu comme militaire sauf qu’il risque leur vie pour faire prendre conscience au gens que la guerre est horrible.

Angélique

On ne prend pas la route ….. Mais on la Partage

15mars

Pour préparer l'ASSR 1, une personne de la Prévention routière a fait réviser les panneaux de signalisation. Les élèves ont écouté attentivement le comportement à suivre des piétons, cyclistes et surtout des cyclomoteurs.

( Jordan, Loïc et Nicolas )

Si tu as l'âge d' être en 5ème tu peux passer l' ASSR1au collège.

Ensuite, à 14ans tu pourras préparer le B.S.R pour avoir le droit de conduire un scooter. Alors aujourd'hui, au collège, on s'est entraîné à faire du scooter sur un parcours.

Florian Baptiste et Clément

Découvrez les nouveaux lycées : général, technologique et professionnel

28janvier

A la rentrée septembre 2010, la réforme du lycée commencera...

 

Lire la suite...

Sortie de la classe d'UPI au cinéma

15janvier

Résumé de Tom et le magicien (Magical Maestro)

Au chômage, Mistro veut travailler comme magicien. Alors il va voir Poochini qui répète Le Barbier de Séville. Mais non, il n'est pas engagé…. Mistro décide de saboter le spectacle pour se venger. Il kidnappe donc le chef d' orchestre, se déguise et prend sa place. Armé de sa baguette magique, il joue plein de mauvais tours à Poochini pendant son récital. Poochini se sent ridicule. Soudain, il reconnaît Mistro à cause de sa perruque qui glissait. Poochini s'empare de la baguette du magicien et lui fait pareil sur scène ! Tel est pris qui croyait prendre !

Nicolas et Loïc

Le petit chaperon rouge

Red hot Riding Hood

Le dessin animé commence comme dans le conte de Perrault : il était une fois une petite fille, tout de rouge vêtue, qui traversait la forêt, avec son panier, pour porter une galette et un petit pot de beurre à sa mère-grand. Tout à coup elle rencontra le loups. A ce moment-là, surprise ! Tous les personnages se révoltent. Alors Tex Avery propose un autre scénario qui se passe à Hollywood.... Cette fois-ci le loup va dans une boite de nuit. C'est là que chante le petit chaperon rouge, transformé en une jeune fille très sexy. Il est fou amoureux d'elle. Il la suit jusque chez sa grand-mère qui habite en haut d'un grand immeuble. Mais la vieille femme lui en fait voir de toute les couleurs car elle est follement amoureuse de lui !!!

Magdalena et Marine

Résumé : Bébé taxi

La famille taxi attend un bébé. Ils sont fous de joie à sa naissance. Puis bébé taxi grandit. Il rêve d' être voiture de course alors que son papa est taxi. Ses parents sont déçus. Bébé taxi s'enfuit, il veut faire la course avec un train. Son père essaie de le rattraper mais il tombe en panne sur la voie ferrée. Son fils fait demi-tour et le sauve. Malheureusement c'est trop tard . Il est renversé par le train. Blessé, bébé taxi est envoyé à l'hôpital. Mais le docteur lui demande de choisir: être taxi ou voiture de course ? Il choisit d'être taxi-au grand bonheur de son père-mais il met un moteur de voiture de course sous son capot !


Clément et Florian




Mise en boîte (Cellbound) : résumé

Spike est en prison à perpétuité à Sing-Song. Pour s'évader, il creuse un tunnel avec une petite cuillère. Au bout de 20 ans il réussit à s'enfuir. Il grimpe vite dans un train et se cache dans un poste de télévision. Mais il appartient au directeur de la prison : c'est un cadeau pour sa femme... Retour en prison... Où il doit jouer l'acteur de télévision à lui tout seul. Il en a marre. Il creuse à nouveau pour s'évader..... Mais il se retrouve, dans le poste de télévision, chez le directeur qui l'offre à sa femme !

Baptiste, Jordan et Mégane


Futurs lycéens !

14janvier

Voici un lien vers la brochure "Après la 3°" éditée par l'ONISEP.

A vous de lire pour mieux choisir !

Les élèves de troisième s'enregistrent en espagnol!

13novembre

Les élèves de troisième sont amenés à s'enregistrer dans le cadre d'une évaluation finale. Dans cette évaluation, ils doivent solliciter leur imagination car ils "accueillent" un correspondant espagnol chez eux, dont ils devront évoquer le caractère, la description physique, ainsi que les loisirs... Bonne écoute!

"Le jugement de Salomon" lu par les sixièmes

19octobre

                               Le jugement de Salomon, Giorgione (vers 1502).

Sortie pédagogique des Troisièmes à Bayeux pour le Prix des Correspondants de Guerre

14octobre

Quelques photos...

Une stèle, hommage à Robert Capa.

Exposition "Guerre-ici", Patrick Chauvel :

Il met en perspective des scènes de guerre de Beyrouth, de Tchétchénie... avec la douce réalité de Paris, Deauville ou même Bayeux.

Exposition "Congo sur le fil", Finbarr O'Reilly :

Exposition "Le Congo dans les limbes", Cédric Gerbehaye, avec son aimable autorisation :

Cédric Gerbehaye a passé plusieurs semaines au Congo. Il en a rapporté des photos touchantes avec la volonté de faire connaître la situation du pays et celle des populations.

Et pour en savoir plus : http://www.prixbayeux.org/

 

Articles consultés récemment

PB280340.JPG

Cross départemental à Carentan le 28 novembre 2012

Voici les résultats de nos dignes représentants : Benjamines filles (390 participantes) E. Charlotte 197è S. Loïse 203è B. Julia 230è J. Lise 262è B. Marie 338è E. Camille 346è P. Frédérique 347è Classement par équipe : 45è Benjamins garçons (534 participants) L. Marc-Antoine 131è R. Maxime 151è D. Dylan 176è P. Christopher 196è R. Thomas 283è B. Alexis 523è Classement par équipe : 31è Minimes filles (285 participantes) L. Chloé 247è L. Harmony 270è Minimes garçons ( 402 participants) H. Grégory 195è J. Théo 251è

IMG_0113.JPG

Pour démarrer du bon pied !

Opération Petit Déjeuner Dans le cadre d'une action sur l'équilibre alimentaire, mardi 27 novembre 2012, les 95 élèves des classes de 6èmes et du dispositif ULIS ont pu bénéficier d'un petit déjeuner au collège. Cette mise en pratique leur a permis de découvrir toute la richesse des produits pouvant composer un petit déjeuner complet. En amont, l'infirmière et la gestionnaire, en accord avec le chef d’établissement, ont organisé un temps d'échange avec chaque classe permettant une réflexion des élèves sur leurs habitudes alimentaires, ainsi qu'une sensibilisation sur l'importance d'un petit déjeuner complet et équilibré au quotidien. Les élèves du dispositif ULIS ont utilisé les connaissances acquises en réalisant des affiches sur les différents groupes d'aliments qui ont été proposés le jour du petit déjeuner. La préparation et le bon déroulement de cette journée a également été possible grâce à la mobilisation active des personnels de cuisine, des agents du collège ainsi que des membres de l'équipe enseignante qui ont partagé ce moment de convivialité. A partir de 9h30, la journée a repris son cours normal mais cette action sera réinvestie lors du séjour voile à Granville, organisé pour les mêmes élèves au mois de juin.

2012-2013 : des projets pour tous

Cette nouvelle année scolaire, de nouveaux projets sont proposés. Quelques exemples : - la journée SPORTS en septembre - Découverte du Mont-St-Michel pour les 5e et ULIS - la journée intégration pour les 6e1 et ULIS - la participation au prix littéraire Les Incorruptibles pour les 6e2 et 3 - la participation au prix et au concours d'écriture du salon du livre de Cherbourg pour les 4e1 et 2 - Visite à Bayeux dans le cadre du prix des correspondants de guerre pour les 3e - la participation au Prix des ados du Salon Livres et Musiques de Deauville pour des 3e - la participation au concours d'écriture de nouvelle du festival Etonnants Voyageurs - ...

Séjour des 6emes à Granville

Cette année, nous vous proposons d'innover en suivant les séjours de vos enfants via le compte Instagram du collège : 

Grémillon met les voiles à Granville

Du 10 au 14 juin, les trois classes de sixièmes et les ULIS sont partis à Granville, pour pratiquer des activités autour de la mer. Chaque jour, les élèves ont fait du catamaran et d'autres activités, accompagnés de leurs professeurs. Au cours de la semaine, ils ont visité le port, un bateau de la SNSM, ou encore un voilier. Au musée Anacréon, ils ont vu des tableaux de Maurice Denis, représentant la mer, ils ont ensuite pu s'en inspirer pour réaliser des planches de BD. Grâce à des énigmes, ils ont visité la vieille ville. A marée basse, les jeunes ont découvert la faune et la flore de l'estran. N'oubliant pas leurs familles, ils ont pensé à rédiger des cartes postales "phare-felues" ! En fin de semaine, les noeuds marins n'avaient plus de secrets pour eux : noeud de huit, de cabestan, de chaise, plat, ... Le meilleur moment de la semaine est sans doute celui de la boum où les élèves ont dansé et se sont éclatés, avec quelques profs !