Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Collège

Fil des billets - Fil des commentaires

Dimanche 21 juin 2015

That's All Folks !

Une dernière vidéo pour faire un bilan.

Lecteur vidéo intégré

Thanks to all the team !

samedi 20 juin 2015

La réforme du collège proposée par les élèves

Pour la rentrée 2016, une réforme du collège est préparée par l'État. Au Collège du Val d'Aure, les élèves de 4ème ont imaginé leur propre réforme.

College.png

Anaïs, élève de 4ème 2, aimerait mettre en place un pensionnat. Elle aimerait aussi avoir plus d'ordinateurs dans le classes.

« Nous aimerions qu'il y ait un bac à sable et des vélos, un peu comme à la maternelle », témoignent Benjamin élève 4ème 1, et Anthony, élève de 4ème 2. « Nous voulons aussi avoir du matériel informatique de la marque Apple, avoir un grand terrain de foot, avoir plus d'heures de projet et mettre en place un pensionnat où le personnel de l'établissement nous lirait une histoire avant de dormir », ajoutent-ils.

« Nous, nous aimerions supprimer le latin et, nous ne voulons pas avoir deux fois le même cours dans la même journée » déclarent Tom et Mathéo élève de 4ème 1. « Il serait aussi bien de faire réfléchir les élèves sur leur études et leur avenir » finissent-ils.

Lucie, Salomé et Luna, elles, ne veulent plus de devoirs le soir et voudraient remplacer les cours de l'après-midi par des activités. Elles voudraient aussi un distributeur de bonbons et gâteaux pour la récréation et ne veulent plus écrire dans des cahiers mais sur des tablette tactiles ou des ordinateurs portables.

« J'aimerais qu'il y ait des distributeurs de nourriture et de boissons dans les couloirs du collège, un bâtiment un peu moins vieillot, quitter les cours une heure plus tôt seulement quelques jours dans la semaine et avoir des cours de jeux vidéos » témoigne Léa, élève de 4ème 1.

Seleste, élève de 4ème 2, préférerait avoir plus d'heures de musique et voudrait que les cours commencent plus tard.

« Si j'étais ministre de l'éducation nationale, les élèves choisiraient les matières qu'il veulent dans leur emploi du temps, à condition de le remplir selon les heures de début et de fin de cours » témoigne Clément, élève de 4ème 2. « Je supprimerais peut-être l'espagnol mais surtout le latin et les élèves commenceraient tous une heure plus tard » confie-t-il.

Quant à Rudy et Tanguy, ils voudraient passer leur matinée à jouer à Clash of Clans, avoir des tablettes tactiles pour travailler et passer leurs permanences dehors à faire des activités, plutôt que de rester enfermés dans une salle.

Si les élèves étaient ministres, il ne travailleraient pas beaucoup !

Léa

Enquête sur le cinéma au collège d'Isigny

22 collégiens et 17 adultes ont répondu à l'enquête proposée par 2 élèves de 4°.

Que regardez-vous au cinéma ? cinema.png

Sur les 39 personnes interrogées, une majorité va au cinéma une fois par mois ou même plus. Les collégiens y vont plus souvent que les adultes interrogés. Ils y vont avec leurs amis et quelquefois avec leur famille. Ils y vont aussi pour avoir des émotions ou pour rire.

Les adultes interrogés y vont moins souvent. Ils y vont aussi en famille et quelques fois entre amis, ils y vont pour rire, et pour se détendre.

A la question « Pourquoi n'allez-vous pas au cinéma ? », c'est le prix d'entrée qui revient le plus souvent.

Seleste et Lilie

jeudi 18 juin 2015

Déterminé à réussir

Kévin Balcerzak-Heurtaux, un ancien élève du collège du Val d'Aure, est venu nous parler de sa première année de médecine qu'il vient de passer avec succès.

Kevin.jpg Kévin avec M. Aupée, un de ses anciens professeurs du collège

Ce jeune homme de 19 ans, malgré un parcours qui n'a pas toujours été très simple, a réussi à obtenir tous ses examens avec une mention depuis le brevet des collèges. Originaire d’Hérouville-Saint-Clair St Clair, près de Caen, il est venu s'installer à Isigny-sur-Mer, à l'âge de 11 ans, dans un quartier qui n'est pas tellement bourgeois. Il a eu beaucoup de mal a s’intégrer dans le collège du Val d'Aure à cause de son esprit compétitif et indépendant. Il avait très peu d'amis, simplement des connaissances, mais les professeurs ont su lui remonter le moral, lui donner assez de confiance en lui pour réussir son futur et ses objectifs. Même s'il n'était pas toujours attentif aux remarques de ses professeurs, il a réussi à obtenir la mention « Bien » au brevet des collège grâce au soutien de ces derniers qui avaient repéré ses défauts et ses qualités. « Ils donnent d'excellents conseils, même si on ne les écoute pas forcément lorsqu'on est adolescent. »

Dès son enfance, Kevin souhaitait devenir médecin. Il a tout fait pour le devenir. En 2013 et 2014, il a passé deux concours qu'il a malheureusement ratés. Déterminé, il a poursuivi ses efforts et il vient, non sans mal, de réussir sa première année de médecine. « Si on bosse, c'est pour notre avenir et rien d'autre ! » Au passage, il remercie ses anciens professeurs et il se dit fier de son ancien collège !

Maëva, Clémentine et Paul

mardi 19 mai 2015

Les différentes étapes de la colorisation d'une planche

bd16.jpg

bd_Gaelle_planche_1.png

bd_Gaelle_planche_4.png

bd_Gaelle_planche_7.png

A suivre...

Du storyboard à la colorisation de la planche

story_Flavie.jpg

bd7.jpg

planche_flavie_chardon_6.png

A suivre...

Le projet BD des 5e

Le projet Bd est parti de l'idée de mettre en bande-dessinée le roman de Renart avec plusieurs contraintes :

  • Chaque élève devait choisir son histoire dans un corpus proposé par le professeur de Français.
  • Chaque histoire devait être adaptée en UNE planche de 9 cases. Si cela s'avérait impossible, l'histoire était alors divisée par deux et deux élèves s'en partageaient l'adaptation (en deux fois 9 cases donc).
  • Les animaux dessinés devaient (comme dans le roman) porter des vêtements humains et se tenir debout comme des êtres humains. Les mêmes codes vestimentaires (décidés préalablement par les élèves) devaient être réutilisés dans toutes les planches, de façon à en unifier et simplifier la lecture.
  • L'histoire ayant été écrite au Moyen-Âge, elle devait en reprendre les codes : vestimentaires, architecturaux, langagiers, etc...
  • Dans la perspective d'un partenariat avec l'Association du Parc naturel régional des marais du Bessin, les décors devaient tous s'inspirer de paysages et photos issus de ce parc. Une sortie a d’ailleurs eu lieu pour en faire la présentation et prendre des photos.

Le travail s'est ensuite déroulé en plusieurs étapes :

  • Présentation du Roman de Renart / Lecture du corpus et choix de l'histoire / Choix des vêtements.
  • Réalisation d'un script par les élèves en vue d'une adaptation BD (découpage du scenario). Rédaction des dialogues.
  • Intervention d'un scénariste et dessinateur de BD (Jérôme Felix) pour présenter le langage de la BD
  • Réalisation du story board à l'aide de leur script
  • Dessin de la planche (assisté de Mr Felix) et encrage.
  • Passage en salle info pour coloriser les planches à l'aide de Gimp.
  • Pour finir, écriture des dialogues dans les bulles prévues à cet effet.

Claire Felix, Sébastien Lemoine et Samuel Deshayes

Lundi 11 mai 2015

We are the champions !

Ce matin, nous avons appris que L'Actu d'Aure avait remporté le 1er prix de la catégorie "Site/blog d'information Collège" au concours Médiatiks des meilleurs médias scolaires de l'académie de Caen !

Voici le diplôme qui témoigne de ce prix :

Mediatiks.jpg

La remise des prix aura lieu le jeudi 21 mai de 10h00 à 12h00 au Canopé de Caen : un article à venir !!!

Félicitations aux élèves de 4e et aux enseignants qui participent à ce projet.

F. Aupée

jeudi 30 avril 2015

El compost

Desde hace 3 años,en el colegio del val d'Aure en Isigny, hay un sistema de compost para evitar el despilfarro. Hay unos 55 kilógramos de derroche,pues los jardineros han utilizado el compost para hacer mantillo o proporcionar abono a los arbustos y las flores. Los cocineros han constatado que las verduras son los alimentos que más se despilfarran. Entonces disminuyen las proporciones para evitar el despilfarro.

Compost_1.png

Compost_2.png

Estelle y Laurie

El proyecto de los 3ème

Hemos hecho un sondeo acerca de los alumnos de 3ème del colegio del val d'Aure para conocer sus proyectos. Los 3ème están contentos de salir del colegio. Van casi todos al insituto general menos algunos que van al instituto profesional. Quieren hacer profesiones diferentes como juez de los niños y médico, astrofísico.

Alan, Amélie, Florantyne

El trabajo de la « vie scolaire »

Hemos hecho una encuesta sobre los vigilantes del colegio du Val d'Aure. Su trabajo consite en vigilar a los alumnos durante el estudio, el tiempo de mediodía y el recreo. También averiguan la lista de los alumnos ausentes y se encargan de los documentos administrativos. La persona interrogada nos explicó que este empleo fue el primero que encontró. Se llevan muy bien entre colegas y el reparto del trabajo es correcto : los chicos se encargan de lo informático y las chicas de lo administrativo ¡Hay mucho trabajo !

Estelle y Laurie

¿Qué tal los 6ème ?

Hemos interrogado a los alumnos de 6ème sobre el colegio. Hemos hecho ocho preguntas. La primera trata de las asignaturas favoritas: primero el deporte tuvo mucho éxito; después las matemáticas, y ciencias naturales; luego artes-plásticas y por fin lengua con menos éxito. A muchos alumnos les gusta el colegio. Han dicho también que no es demasiado difícil. Basta con escuchar en clase y trabajar en casa. Sacan buenas notas. Hay también un buen ambiente en clase. Hemos hablado de sus profesores favoritos: es el profe de deporte que gana después vienen las señoras Anne, Hervé y Tarot.

Lou, Audrey y Caulyne

vendredi 10 avril 2015

Jérôme Félix, un scénariste de BD au collège d'Isigny-sur-Mer

Les 5e du collège d'Isigny-sur-Mer participent à un projet BD depuis le début de l'année scolaire. Ils sont aidés par Jérôme Félix, le scénariste des albums de la série «L'héritage du diable», qui habite à Port-en-Bessin.

Comment avez-vous débuté dans la bande dessinée ?

Avant de faire l'école des Beaux-Arts de Cherbourg et l'école de BD d'Angoulême, je faisais des fanzines tout seul ou avec des copains en les photocopiant. J’allais aussi dans les festivals de BD qui, à l’époque, prêtaient des tables aux dessinateurs amateurs. Et puis, un jour, un éditeur a trouvé mon travail assez intéressant pour le publier. Mais tout ça a pris 15 ans ! Ce qui est difficile, c’est de tenir le coup jusqu’à ce qu’on soit repéré par un éditeur.

À quel âge avez-vous eu la passion de la bande dessinée ?

J’étais en CM1 quand j’ai eu envie de devenir dessinateur de BD. Et je ne sais absolument pas pourquoi. Mais, un jour, j’ai dit à tout le monde que je voulais devenir dessinateur de BD. Puis, vers 13 – 14 ans, mes parents m’ont emmené dans un salon de bandes dessinées près de Paris et j'ai compris que ce métier existait réellement.

Depuis combien de temps travaillez-vous dans la bande dessinée comme scénariste ?

Cela fait environ 15 à 16 ans que je travaille dans la bande dessinée. J’ai commencé comme dessinateur mais je me suis rapidement rendu compte que je préférais inventer les histoires. De plus, je ne dessinais pas assez vite et les éditeurs s’intéressaient plus à mes écrits qu’à mes dessins. La bascule s’est faite en deux ou trois ans. Le dessin ne me manque pas et je trouve intéressant la nécessité de s'adapter aux qualités des dessinateurs.

Pourquoi aimez-vous faire de la bande dessinée ?

Au début, on fait de la BD car on aime bien dessiner. Après, une fois qu’on a la chance de faire des livres, on se rend compte qu’il y a plein de personnes qui vont lire l’histoire qu’on a inventée. J’aime bien savoir qu’on parle à plein de personnes et que l’histoire les a rendue heureux. De plus, comme je raconte rarement des histoires qui se passent dans le même univers, je suis obligé de rencontrer des spécialistes qui sont passionnés. Ainsi, pour une bande dessinée (Le tome 2 de L'héritage du diable) qui se passe au Mont Saint-Michel, j'ai visité les endroits secrets du Mont que les touristes ne peuvent pas voir. Et rien que pour ça, on a envie d’écrire une BD !

Que venez-vous faire dans le collège à Isigny-sur-Mer ?

J’aide les classes de 5e à mettre Le Roman de Renart en bande dessinée. C’est un projet qui permet aux élèves de découvrir ce texte en le situant dans les marais du Bessin, près d’Isigny. Cette activité me permet aussi d’expliquer aux élèves que la BD qu’ils mettent une heure à lire, il faut une année pour la faire. Je me dis qu’après, lorsqu’ils vont lire une BD, ils vont se rendre compte du travail qu’il y a derrière.

Photo_de_l_article_Jerome_Felix.jpg Jérôme Félix et une élève du projet BD

Pierre et Vincent

Des films pour les élèves du Val d’Aure

Depuis 2011, les élèves du Collège du Val d’Aure à Isigny sur mer participent au dispositif « Collège au cinéma » qui permet aux élèves de regarder trois films par an.

« Je suis trop pressé d’y aller » « Tu penses que ça va être bien ? » Voici ce que l'on peut entendre dans la cour le matin d’une projection. Grâce à ce dispositif, financé en partie du dispositif par le conseil général, les élèves sont allés voir des films tels que Wadjda, Persepolis, Rue cases nègres, Le Havre, Libero…, des films variés, souvent sous-titrés.

College_au_cinema.jpg Les élèves à la sortie de la projection de Wadjda réalisé par Haïfa al Mansour

Mais, pourquoi « Collège au cinéma » ?

« J’ai proposé ce dispositif pour développer l’imaginaire des élèves », témoigne Mme de Berranger, professeure de français. « L’éducation à l’image est importante pour moi, et cela permet de montrer aux élèves des films qu’ils n’iraient jamais regarder, de les ouvrir à d'autres cultures, d'autres époques », ajoute-t-elle.

Et, qu’en pensent les élèves ?

« J'ai apprécié le Havre pour son réalisme et pour le très bon jeu des acteurs. J'ai été marqué par la drôle d'ambiance à mi-chemin entre l'ancien et le moderne » commente Mathéo. Dans notre société barbare, certains comme Marcel Marx le héros, ne sont pas si méchants, ajoute Vincent. Wadjda est un film où on voit comment est la vie quotidienne des personnes dans un autre pays, donc c’était plutôt intéressant, confie Florantyne. Il sort de notre réalité, ajoute Djulia. J'ai découvert la culture en Arabie Saoudite, dit Caulyne. Florian cependant n'aime pas lire les sous-titres et il a donc moins apprécié. De tous les films que j'ai vus j'ai préféré Rue cases nègres car il y a de l'action. Ça montre que les Noirs sont maltraités, je m'en souviendrai, explique Luna. Le film qui a le plus marqué Lohan, c'est l'île de black mor pour sa direction artistique il ajoute que les dessins sont superbes. « Ce serait dommage de ne plus avoir Collège au cinéma, déclarent en chœur les élèves de 4ème1. »

Voilà des commentaires plutôt positifs. La majorité des élèves apprécie d'aller à Collège au cinéma.

Léa et Anaïs G.

jeudi 2 avril 2015

Viaje a Londres

Esta noche 38 alumnos del Colegio van a Londres con 3 profesores (el señor Tregoning, la señora Charles y la señora Briend). Se van a las ocho de la noche en barco y autobús. Van a visitar monumentos importantes como el museo de cera. Van a volver a las 8 de la mañana el sábado de abril.

Londres.png Source : investissementmalin.fr

Gwendoline y Lucie D.

jeudi 19 mars 2015

Qu'est-ce qu'un REP ?

À la rentrée de septembre 2015, le collège du Val d'Aure et les écoles primaires des environs bénéficieront d'un passage dans un Réseau d’Éducation Prioritaire.

College.png Source : ouest-france.fr

Ces réseaux bénéficieront de moyens humains et financiers supplémentaires. De nouvelles pratiques d'enseignement y seront testées ou poursuivies, comme l'évaluation sans note ou des dispositifs de suivi des élèves en difficulté. Ce dispositif sera aussi appliqué dans les écoles primaires d'Isigny-sur-Mer, Grandcamp-Maisy, Osmanville et La Cambe.

Le collège d'Isigny ne sera pas le seul à bénéficier du REP car 14 autres collèges et écoles de l'académie de Caen l'auront aussi.

Thomas & Maëva

Dimanche 15 mars 2015

Should students wear a school uniform ?

In Euro class, we have debated about whether students should wear a school uniform or not. Here are some of 8 Euro pupils’ arguments.

THS Ambassadors 2009 - 14 (Source image 1: Flickr)

As far as I’m concerned, I think students should wear school uniforms because it has a lot of advantages like that: you look cool and you have more time before school (you have less choice since you have one type of clothing). It is certainly quite expensive but you can rent it. Moreover, you can’t see the difference between rich and poor and it is quite comfortable (I have already worn one). Eventually, you avoid mockery, this is the most important. Indeed, it hides personal clothing and you are certainly not free to wear what you want. It is true that everybody looks the same as in a military school and maybe it is not a tradition in France but, for me, when you wear a uniform, you feel wiser.

Lohan G.

I haven’t decided yet… On the one hand, I’m pro because there is no difference in clothing, so less mockery, jealousy and social difference because everybody looks the same. Parents save more money because there is no need to buy clothes. On the other hand, I’m against it because the choice of clothes is limited and it amplifies interschool rivalry. Moreover, it is very expensive (40€ just the top). It also overshadows personality. You are not free to wear what you want and it increases expenses at the beginning of the year.

Lucie C.

I think the uniform is a good idea because pupils look equal in their clothes. There is less school rivalry because pupils don’t compare their clothing style. Intruders can’t come into the school. In the morning, the pupils have more time before school because the choice is easy: they have one choice of clothes. You are not free to dress as you wish and a uniform is expensive but you can rent it. I think wearing a school uniform in France would be a good idea.

Clément D.

As far as I’m concerned, I think it is a good idea because there is less discrimination. You can’t notice the parents’ social class. There is less jealousy. Moreover, the uniform is not provocative: girls sometimes dress in a provocative way. On the other hand, a uniform is not comfortable. In my opinion, the uniform is a good idea in a school because, although it is a tradition which represents England, I think, in France, it would be a good idea too.

Marine L.

I think they should because, then, everybody would look the same. It would strengthen the team spirit and stifle differences. Why wear a uniform? First, when students go on a trip, they can’t be lost because they all look the same. Secondly, you don’t have to care about what to wear. What’s more? Parents don’t have to shop for expensive and varied wardrobes for their children to show off to other children. Then, everyone is equal. Finally, wearing a uniform instills a sense of pride and discipline in students. Now, why NOT to wear a uniform? Uniforms deny students their right to personal identity and self-expression.

Lilie R.

I believe students should wear a uniform. Firstly, they have more time before school because they have less choice and they have one type of clothing. Secondly, a uniform is quite expensive but you save your money, especially if you can rent it. Thirdly, a uniform places everyone on the same level. However, the uniform hides the personality of people. Finally, what do you think ?

Vincent

Uniform2.jpg (Source image 2: Wikipedia commons)

vendredi 6 mars 2015

Wadjda

Today, we went to the cinema. We watched a film called « Wadjda ». It takes place nowadays, in Saudi Arabia.

The story is about a girl who wants a bike because she wants to win a race against Abdalla, her best friend. She wants to win against a boy, for her honour.

In Saudi Arabia, there are inequalities between boys and girls.

Women can't ride a bike, laugh out loud, wear what they want. For example, they can't wear white clothes (except in hospitals).

Men have all the power. They can have two wives. They can marry very young girls.

Wadjda.png Wadjda (Waad Mohammed) (source : Flickr)

Les élèves de 6e1

vendredi 23 janvier 2015

La classe presse dans le journal Ouest France

Depuis le mercredi 7 janvier, nous recevons tous les jours le journal Ouest France et nous avons débuté la classe presse. Un journaliste de Ouest France, Eric Marie est venu nous présenter les métiers de la presse et il a écrit un article sur notre participation à ce projet. L'article a été publié dans le journal du vendredi 23 janvier.

IMG_4339.JPG Les élèves de 4e de la classe presse (source : Photo d'Eric Marie de Ouest-France)

Pour lire l'article sur le site internet de ''Ouest France'', cliquez sur ce lien.

Frédéric Aupée

samedi 10 janvier 2015

Nous sommes Charlie

Nous-sommes-Charlie.jpeg

L'Actu d'Aure tient à rendre hommage aux victimes de ces derniers jours, à ces défenseurs de la liberté, qu'ils soient journalistes et dessinateurs à Charlie Hebdo, policiers ou simples citoyens. Face à cette barbarie, il faut sans cesse rappeler et enseigner les valeurs de la République française "Liberté, égalité, fraternité". A travers le travail que nous menons au collège et sur ce blog, nous souhaitons défendre ces piliers de la citoyenneté française !

Ce dessin de Plantu, paru dans Le Monde, ce vendredi, nous rappelle l'importance de la liberté d'expression. Alors, prenons nos crayons !!! Liberte__Plantu__Le_Monde__vendredi_9_janvier_2015_.jpg

Nous sommes Charlie

- page 1 de 2